Dernières nouvelles
rafale contrat egypte

Rafale et frégate pour l’Egypte

Sauf coup de théâtre de dernière minute, le constructeur aéronautique français Dassault devrait signer, très prochainement, un contrat de vente de 24 Rafale avec l’Egypte.

L’accord de principe a été formalisé, en novembre dernier, lors de la visite du Président égyptien Abdel Fattah al-Sissi à Paris. S’il aboutit, ce contrat constituerait le premier succès commercial du Rafale à l’export. En effet, après plusieurs tentatives avortées – Brésil, Maroc et Suisse –, les négociations avec l’Inde (126 appareils) et le Qatar (36 appareils) semblent également s’enliser. Côté armement, les Rafale seront dotés de différents systèmes de missiles : air-sol AASM (Armement Air-Sol Modulaire), air-air MICA (Missile d’interception, de combat et d’autodéfense) et SCALP (Système de croisière conventionnel autonome à longue portée). La livraison de série pourrait intervenir dès 2018, cependant deux exemplaires devraient être réceptionnés avant l’été à la demande du client.

Contrat étendu à une frégate

Outre les Rafale, les tractations ont porté sur l’acquisition d’une frégate multi-missions (FREMM). Seul bémol, l’Egypte souhaite disposer rapidement du bâtiment pour conduire la revue navale lors de l’inauguration du projet d’élargissement du canal de Suez, prévue l’été prochain. Pour satisfaire à ces exigences, la France envisage de prélever une frégate sur le stock de sa marine, en l’occurrence « La Normandie » récemment sortie des chantiers de la DCNS (Direction des constructions navales services). Cette solution suppose la réalisation d’aménagements techniques et la formation des équipages égyptiens, en un temps record.

Crédit français et garantie Coface

Pour financer l’opération, dont le coût global est estimé à environ 5,3 milliards d’Euros, l’Egypte négocie un crédit bancaire auprès d’un pool de banques françaises conduit par le Crédit Agricole, avec le concours de la BNP Paribas et la Société Générale. Pour sa part, l’assureur-crédit Coface aurait obtenu le feu vert du Ministère français des Finances pour garantir le contrat à hauteur de 50%, hors acompte et primes. L’Egypte ne devrait pas avoir de mal à verser la provision contractuelle, compte-tenu du soutien financier dont elle bénéficie de la part de ses deux parrains, l’Arabie Saoudite et les Emirats Arabes Unis.

Check Also

delta-emirates-open sky

Delta Air Lines quitte Dubaï

La polémique entre les compagnies américaines et celles du Golfe vient de connaître un nouveau …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *